Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 20:22
Pour arriver au Machu Picchu, il n’y a pas beaucoup de solutions. L’unique manière d’y arriver directement à pied est d’emprunter le célèbre sentier de randonnée appelé « trek de l’inca ». La randonnée, qui dure 4 à 5 jours, est parait-il magnifique. Mais, et c’est un gros mais, les autorités voulant protéger le sentier ont établi un système de permis n’autorisant « que » 500 personnes (200 touristes et 300 guides et porteurs) à partir chaque jour. De fait, il faut réserver des mois à l’avance pour faire ce trek et quand nous avons demandé à Cusco (juste au cas où !) on nous a répondu qu’il était complet jusqu’à janvier. Et comme il est interdit de partir sur ce sentier sans guide, il n’y a aucun moyen de contourner ce problème. Exit donc pour nous le trek de l’inca !

L’autre solution, c’est d’arriver à Aguas Calientes, petit village situé à 8km du Machu Picchu d’où part un sentier de randonnée ouvert à tous ainsi que des bus pour rejoindre la cité inca. Oui mais il n’y a pas de route pou rejoindre Aguas Calientes ! Soit il faut prendre le train touristique (cf article du 25/09 sur les prix) soit il faut faire un trek pour arriver jusqu’au village. Nous nous sommes un peu renseignés sur ces treks, qui sont facturés un peu chers, et avons décidé de ne pas en faire (nous préférons les endroits un peu moins peuplés !).

Mais pour éviter de payer le train, nous nous lançons dans ce qui semble être une aventure : prendre un premier bus jusqu’au village de Santa Maria, puis traverser la rivière à l’aide d’un filin (genre tyrolienne) pour ensuite prendre un autre bus vers le village de Santa Teresa. De là, nous devons rejoindre on ne sait pas trop comment une centrale hydroélectrique qui se trouve tout près d’une voie ferrée que nous devons remonter pendant 2h environ pour arriver, si tout va bien, à Aguas Calientes. On ne sait pas du tout si on peut le faire dans la journée ou s’il faut prévoir une nuit quelque part (les avis des locaux divergent). Bon… on verra bien !

En fait, tout s’est avéré bien moins aventureux que prévu ! Depuis quelques mois, ils ont en effet construit une nouvelle route entre Santa Maria et Santa Teresa, évitant la partie « traversée de la rivière » qui avait pourtant l’air sympa. Et les chauffeurs de taxis et colectivos (minibus qui partent quand ils sont pleins) ont bien compris que les touristes fauchés se lançaient dans ce trajet un peu compliqué. Du coup, tout est facile : à l’arrivée des bus à Santa Maria, des colectivos attendent pour nous conduire à Santa Teresa. Instinctivement, la douzaine de touristes que nous sommes se regroupe pour négocier les prix. A Santa Teresa, c’est un autre colectivo qui va nous conduire jusqu’à la centrale. Le temps de s’abriter 20 minutes en attendant que la pluie s’arrête et on se met en route sur la voir ferrée. Ca c’est la partie la moins drôle de la journée car ce n’est pas une marche très agréable : soit tu choisis de marcher sur les cailloux au risque de te tordre la cheville toutes les 5 minutes, soit tu choisis de marcher sur les lattes de bois transversales mais comme elles ne sont pas à intervalle régulier, ça te fais faire un grand pas, puis deux petits, puis 3 grands etc.

Enfin l’essentiel c’est que nous arrivons bien à Aguas Calientes dans la journée, pour un coût total de 25 soles (au lieu d’une centaine si l’on avait pris un combiné bus/train).

Maintenant il est l’heure d’aller nous coucher car demain, nous nous levons à 4h30 pour prendre le premier bus à 5h30 et atteindre la cité inca avant le gros flot de touristes.

Aïe, aïe, aïe, ça fait mal aux pieds !
Partager cet article
Repost0

commentaires