Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 21:49
16h45. Ca y est !! En passant par une agence locale, nous sommes parvenus à acheter des places et nous voici devant le stade du Maracana, à Rio. Le match : Flamengo, l’équipe locale actuellement 5ème du championnat reçoit Goias, 7ème. C’est l’avant-dernière journée de la saison, et Flamengo peut encore espérer accrocher une place pour la Copa Libertadores, la Ligue des Champions locale. Nous prenons nos places et le stade se remplit peu à peu. Il peut contenir 110 000 personnes, mais aujourd’hui il est loin d’être plein. C’est bizarre, le stade semble plus petit que le Stade de France. Surtout, on est très près des joueurs car il y a très peu d’espace libre entre la pelouse et les tribunes. Malgré les nombreux sièges vides, l’ambiance est quand même là : un public noir et rouge, des banderoles, des chants, et des énormes drapeaux agités dans tous les sens.

A 17h le match commence et débute plutôt bien pour Flamengo qui claque 3 buts en moins d’une demi-heure. GOOOOOOOOOOOOOLLLLLLLLLL !!!!!!!! crient les milliers de spectateurs tous ensemble. Puis ça se gâte et Goias remonte à 3-2 juste avant la mi-temps. Bilan de cette première période : du beau jeu, fluide et rapide, des buts et un public content. Le top !

La deuxième mi-temps est un peu plus poussive. Les supporters commencent à s’agiter et les « filho de puta » pleuvent sur les joueurs et l’arbitre sans qu’on ait besoin de traduction. Et pour couronner le tout, voilà que Goias égalise ! Malgré plusieurs offensives en fin de match et un poteau à la dernière minute, Flamengo ne reviendra pas. Score final : 3-3, certainement pas ce qu’espéraient les supporters mais nous on a passé un très bon moment !

Et Mary, qu’en a-t-elle pensé ?
Oui, oui, c’était très sympa à regarder ! Voici quelques remarques en vrac :
- je remercie l’architecte du stade d’avoir prévu des sièges bien solides et bien ancrés au sol car vu l’état d’énervement de certains supporteurs derrière nous pendant la seconde période, j’ai bien cru que j’allais me recevoir un accoudoir dans la nuque !
- les femmes sont-elles plus agressives dans un stade que les hommes ? Je ne sais pas, mais en tout cas celle qui était derrière nous se faisait particulièrement entendre et même sans parler portugais je sentais qu’elle ne disait pas « Thiago je t’aime » ou bien « en-avant les gars ! »
- être arbitre au Brésil, c’est vraiment un sacerdoce !! A chaque coup de sifflet contre l’équipe locale, il se fait copieusement insulter, et sa mère aussi, par la même occasion. Je ne vois pas quel plaisir ils en retirent…
- Il n’y a pas d’âge pour être un « noir et rouge » (couleurs de Flamengo) : devant nous il y a un couple avec un gamin qui ne doit pas avoir 3 ans. Il est habillé comme il se doit aux couleurs de l’équipe des pieds à la tête, mais le problème c’est qu’il a l’air plus intéressé par ses playmobils que par le match. Pourtant, sa mère fait tout pour le motiver : à chaque fois que le ballon passe la ligne centrale, elle l’arrache de son siège et le soulève pour qu’il ne manque aucune action ; elle le pince lorsqu’il n’applaudit pas, insiste pour qu’il chante les chants de supporter et n’a vraiment pas l’air contente lorsqu’il tourne le dos à la pelouse.





Les supporters de Goias un peu esseulés...
Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Alala, mais c pas des petits joueurs ces sudam !!! rien ne vaut un bon vélodrome, plein à craquer pour reveiller les foules !!! et nous on est hyper bonnar en plus, on aime bien les arbitres et les adversaires hein ;) (Paris ! Paris ! On t'...... !)<br /> <br /> Bon sinon ce we, on va aller défier les loosers de lyonnais ;) <br /> <br /> vivement les bonnes soirées foot comme à l'époque, avec un petit rasteau et un kébab :)<br /> <br /> bizzzzzzzzz
Répondre
O
Rhooo les veinards, Flamengo, c'est de la bonne équipe ça ! Ca a dû vous changer de l'OM, ah ah ah ! Bises, Olive
Répondre