Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 20:35

Aujourd’hui nous innovons : au lieu de marcher des kilomètres comme d’habitude, on loue 2 vélos pour la journée pour faire le tour de la ville.
1ère étape : la gare, pour nous renseigner sur les billets de train pour nous rendre dans le nord. On hésite en fait entre l’avion (1h15 de trajet, 75$ par personne) ou le train (24h de trajet en étant optimiste, 33$ par personne). On se décide pour le train : moins cher, et surtout ça nous évite de prendre un vol de la Myanmar Airways, la compagnie nationale dont les bénéfices vont droit dans les caisses de la junte militaire, et qui, accessoirement, est classée parmi les 5 plus dangereuses au monde, il parait… Maman, te voilà rassurée j’espère !! Et nous… ben on n’est pas arrivés ! ;-)
A la gare, la gentillesse des birmans se confirme : comme on ne veut pas payer la commission de l’office de tourisme gouvernemental (2$ par personne), on se retrouve aux guichets comme des couillons, car tout est évidemment écrit en birman. Mais on n’a pas le temps d’hésiter, un birman puis un autre viennent à notre rencontre, nous accompagnent jusqu’au bon comptoir et s’assurent même que le guichetier a bien compris notre demande. Vraiment adorable !
Nos billets en poche, on enfourche nos vélos pour nous balader dans la ville.
Le palais royal, 4 ou 5 jolis temples, la colline de Mandalay au nord-est de la ville. On passe une très bonne journée. De nombreux birmans semblent surpris de nous voir pédaler, ils nous interpellent souvent d’un « hello »… j’ai presque mal aux joues à force de sourire tous les 5 mètres ! Mais c’est vraiment chouette.



undefined

Balade a  velo dans Mandalay 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 19:28
5 jours sans écrire ! J’espère que vous vous êtes inquiétés pour nous au moins ! ;-)
 
Rassurez-vous, tout se passe très bien. On a 3 excuses pour ce retard : la chaleur étouffante qui nous ramollit et qui fait qu’on se dit… «on écrira demain, ok ? », la lenteur désespérante des connexions internet qui a coupé court nos 2 tentatives à Mandalay et le fait qu’a Myitkyina le seul cyber-café soit fermé le samedi et dimanche. En dehors de la qualité médiocre du réseau, il n’y a pas trop de problème pour accéder à Internet. La navigation s’effectue en passant par des proxy américains ou chinois, qui permettent d’accéder aux sites censés être interdits tels que yahoo, hotmail, gmail etc.

Bon, revenons un peu en arrière pour vous raconter ce qui s’est passé ces derniers jours. Pour plus de facilité, on publie les articles les uns à la suite des autres, datés du jour concerné. La dernière fois qu’on a écrit, on prenait le bus pour Mandalay… De l’extérieur, le bus n’a pas trop l’air en vrac… de l’intérieur non plus… première impression plutôt positive ! On s’assoit, et on trouve avec surprise sur notre siège une petite bouteille d’eau, mais surtout un sachet en plastique. Nous, un peu naïfs : « tiens, une poubelle… ». 30 mn de route plus tard, on comprend notre erreur. En fait, le bus tangue tellement dans tous les sens que le sachet est là pour servir « en cas d’urgence » !! Mais les mouvements du bus, ce n’est pas le pire. Le pire, c’est la TV allumée tout le long du trajet et qui diffuse des clips karaoké birmans. Evidemment, nous avons un haut-parleur juste au dessus de nous. On ne s’entend pas parler tellement c’est fort. J’avoue que je ne comprends pas… ça n’a l’air de déranger personne ! Boules Quies enfoncées à fond, on parvient tant bien que mal à se reposer mais la musique nous gène vraiment. J’ai beau demander à plusieurs reprises qu’ils baissent le son rien n’y fait. A 1h30, ça beugle toujours… à 4h du matin aussi…

On arrive finalement à Mandalay vers 9h, un peu sur les nerfs quand meme! On partage un taxi avec d’autres touristes pour nous rendre dans le centre et chercher une guesthouse. La chambre que l’on souhaite n’est pas prête avant midi. Y’a plus qu’à aller visiter la ville alors !

Le temps d’avaler un petit-dej, et nous voici déjà en train d’arpenter les ruelles du marché et d’enlever nos tongs pour entrer dans des temples. Mandalay est la deuxieme ville du pays, mais elle fait très « campagne » à côté de Yangon. La ville en elle-même n’a rien d’exceptionnel, je crois qu’on ne va y rester que 3 nuits.

Ah ca y est, la chambre est prête ! Et bien devinez quoi… on s’effondre comme des masses pour une sieste bien méritée ;-) La fin de la journée s’écoule paisiblement : on mange une glace dans le café du coin, on va grignoter quelques chapatis dans une petite échoppe... C’est bizarre, on a l’impression d’être ici depuis plusieurs jours !

undefined
le stand d'un boucher sur le marche... elle a pas l'air bonne sa viande ??
Partager cet article
Repost0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 17:00
A l’heure où vous lisez cet article, nous sommes, si tout se passe comme prévu, dans un bus en direction de Mandalay, à 695 km au nord de Yangon (merci a la fonction programmation de la mise en ligne...). Il nous faut plus de 15h pour y aller… sympa les transports ici, non ?

On voulait juste vous dire un petit mot sur notre désorientation côté monnaie. Déjà à la base, le système est un peu compliqué. La monnaie locale est le Kyat, avec un taux de change officiel est d’environ 8 Kyats pour 1 Euro. Mais il ne faut surtout pas changer dans une banque, car au marché noir, le taux est environ de 1100 Kyats pour 1 dollar.

Plusieurs fois dans la rue nous sommes abordés par des types qui nous proposent de changer des dollars. Mais on préfère changer dans notre hôtel, pour plus de sécurité. Ah oui j’ai oublié de vous dire, quand on vient en Birmanie, il faut prévoir d’arriver avec la somme totale dont on aura besoin pour tout le séjour, car il n’y a pas de distributeurs automatiques (et toujours à cause du problème du taux de change officiel). Du coup, on se retrouve avec pas mal de dollars, et vu que le plus gros billet en Kyat est 1000 Kyat (environ 1dollar), on doit stocker des liasses de billets ! A côté des kyats qui nous servent à payer nos déjeuners, nos achats sur les marchés, les bus locaux etc., certaines dépenses doivent être payées en dollars : les chambres d’hôtel et les entrées dans les monuments par exemple. On doit donc jongler avec les 2 monnaies.

Et pour avoir une échelle de valeur de ce qui est « cher » ou pas, on se rend compte qu’on calcule parfois en roupie indienne (pour la nourriture surtout) ou en bath thaïlandais (plutôt pour les transports) ! Ce qui nous fait une sacrée gymnastique arithmétique du genre : « 2000 kyats pour le taxi, c’est cher, non ? Heu… ça fait un peu moins de 2 dollars, donc environ 1,40 euros, ce qui nous fait 65 baths… non, ça va c’est pas trop cher ». Simple, non ?? Mais on devrait trouver nos marques assez rapidement j’espère.

On vous laisse, on espère se reconnecter demain ou après-demain de Mandalay. Bonne semaine à tous.
Partager cet article
Repost0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 17:23
Aujourd’hui, on s’attaque au « gros morceau » : la visite de la pagode Shwedagon, haut lieu de pèlerinage bouddhique. Pour y aller, on s’aventure dans un bus local, après avoir demandé conseil aux charmantes demoiselles de notre hôtel. Expédition réussie, sous les sourires du « contrôleur » et de quelques passagers. Ici, les gens nous sourient tout le temps, nous disent parfois « hello », mais apparemment sans arrière pensée mercantile. Ca fait du bien !

Ce qu’on avait pressenti dans la rue se confirme dans le bus : les moines occupent une place particulière dans la société : ils peuvent prendre les transports en commun sans payer, et ont des places réservées à l’avant du bus. Arrivés à la pagode, on s’attendait à la voir grouiller de touristes mais pas du tout. A peine quelques têtes occidentales par-ci par là (c’est vrai qu’en Birmanie, il n’y a qu’1,5% de touristes comparé à la Thailande…). Par contre, comme on est dimanche, de très nombreux birmans sont là, animés d’une foi profonde. La pagode, toute dorée, est étincelante sous le soleil brulant. Les 2 « léogriffes » (mi-lion mi-griffon) de 9 mètres de haut qui gardent l’entrée sud de la pagode sont impressionnants. Les pavés nous crament les pieds (il faut se déchausser à l’entrée) et on s’abrite à l’ombre dès qu’on le peut, comme le font les locaux.

Après cette visite un peu spirituelle, on se balade à nouveau dans les rues et on s’arrête pour déjeuner un bol de nouilles dans une petite échoppe. Il est l’heure de retourner au marché Bogyoke qu’on a raté hier… heu… c’est normal que toutes les grilles soient baissées ?? ah… le marché est fermé le dimanche… et le lundi aussi. Bon, je crois qu’on ne le verra pas avant de partir pour le nord, vers Mandalay (on prend un bus de nuit demain après-midi). On verra a notre retour sur Yangon!

Vous ne saurez jamais ce qu’on fait de notre soirée. On aurait pu aller voir un spectacle de danse traditionnelle, ou nous balader encore. Mais non, on va voir un Bollywood au cinéma ! Mais pas n’importe lequel, un film avec mon acteur chouchou Sharukh Khan, s’il vous plait. 3 heures de film en hindi non sous-titré sur un siège en bois dans une salle non climatisée avec un mauvais son stéréo, c’est une vraie torture pour Renaud, qui tourne, vire et soupire toutes les 30 secondes. ;-)

Un coup de taxi pour rentrer, un mail envoyé vite fait à nos parents pour les rassurer et leur dire qu’on n’avait pas été arrêtés à la frontière et zou… au lit !

undefinedLa belle pagode Shwedagon. Le pic au sommet est certi de pierres precieuses et d'or...


undefinedDejeuner dans une petite echoppe, sur des petits tabourets
Partager cet article
Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 17:19
Samedi 1er mars, 8h30 heure locale. Nous venons d’atterrir à Yangon, en Birmanie. Immédiatement, nous sommes saisis d’une drôle d’impression, mais sans trop savoir pourquoi. Puis ça fait tilt : le tarmac est complètement vide ! Aucune activité, pas d’avions en mouvement… c’est très étrange.

A peine le pied posé dans l’aéroport, c’est un autre monde qui nous accueille. Ici, les hommes portent des « longyi » (sortes de paréos) et les femmes et les enfants arborent un maquillage traditionnel bien visible : le thanaka, une poudre jaune étalée sur les joues ou tout le visage. Nous voici devant les services de l’immigration et les douaniers birmans tant redoutés… Un sourire, un regard rapide et hop… on passe sans encombre. Aussitôt, un jeune homme nous interpelle pour nous proposer un transport gratuit vers son hôtel. L’hôtel figure sur notre guide, il est dans nos prix… pourquoi on se compliquerait la vie ?

Sur la route, on est encore troublé : ici, à l’inverse de la Thaïlande ou de l’Inde, on roule à droite, comme chez nous. Mais le volant de notre voiture est à droite… c’est pas super pratique ça ! En chemin, on passe devant quelques pagodes et un grand lac. Première impression positive : c’est super joli !

Arrivés à l’hôtel, on prend le temps de se reposer un peu : on a dormi que 3h cette nuit et la chaleur est écrasante ici. Puis on part se balader à pied dans les rues du centre ville. On enjambe des dizaines de stands de bouquinistes par terre, on zigzag entre les vendeurs de fruits, de jus de canne à sucre, et les dizaines et dizaines d’échoppes de bouffe qui se suivent sur le trottoir : des nouilles, du riz, des beignets et plus étonnant… des monticules d’abats à grignoter en brochette. C’est bon, on ne mourra pas de faim !

En fin d’après-midi, on se dirige vers le grand marché de Bogyoke Aung San… mais un peu trop tard, il est en train de fermer. C’est pas grave, on reviendra demain ! Pour diner ce soir, on se fait plaisir et on va dans un beau resto recommandé par notre guide, au bord du lac. Effectivement c’est très bon, et on se couche repus… à 21h30 ! ;-)

undefined
Ici, les hommes portent presque tous des "longyi" promis, Renaud essaiera et je posterai la photo !


undefined
Non, ce n'est pas du barbouillage sur son visage, c'est le maquillage traditionnel que portent les enfants et les femmes (ca leur sert aussi de proection solaire)
Partager cet article
Repost0