Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 13:15
Après avoir renouvelé l’expérience de la moto à Dalat pour visiter les environs, nous sommes partis mardi en direction de Nha Trang, sur la côte. Adieu les températures douces et la fraicheur des pins, bonjour la grosse chaleur à l’ombre des cocotiers ! C’est moi qui me suis occupée de réserver un bus pour nous 4. Evidemment je me suis plantée et j’ai réservé un bus qui met 5 heures alors qu’il y en aurait un autre qui met 3 heures...oups… En plus, sur les 5 heures de trajet on a subi au moins 3h30 d’une route bien sinueuse. De quoi mettre tout le monde de bonne humeur !!

Arrivé à Nha Trang, on a retrouvé l’agitation des grandes villes (400 000 habitants) : les klaxons, les radios, les vendeurs à la sauvette etc. Pffff… c’est quand même un peu fatiguant tout ça ! Notre première après-midi ici se passe tout tranquillement : on prend nos repères : où est la plage ? où est le bar sympa ? En fait, Nha Trang nous fait un peu penser à une grande ville côtière française. La plage, une longue bande de sable avec quelques cocotiers, est à une trentaine de mètres d’un grand boulevard. Il y a beaucoup de vent et de grosses vagues tous les après-midi, ce qui n’est pas l’idéal pour la baignade.

Le lendemain (hier, donc…), Renaud et moi avons fait de la plongée autour de la petite ile de Hon Mun, pendant que papa faisait du snorkelling (avec masque et tuba). Nous avons vu quelques murènes, de nombreux coquillages et de superbes coraux. Papa lui a vu un barracuda !! Ensuite nous avons rejoint maman et nous nous sommes à nouveau baladés dans les rues animées, et nous avons fait une pause sur la page. 2 rencontres marrantes : d’abord un vieux vietnamien qui passe à côté de nous et nous demande si on parle français. On hésite un peu avant de lui répondre, car d h’abitude ce genre de question est suivi par un discours pour nous vendre un tour en moto, ou bien un hotel ou un resto. Finalement, on lui dit que oui, on parle bien français, et là c’est la surprise : il a appris le français uniquement dans les livres et au contact des touristes et il parle parfaitement. Il nous a demandé où on habitait en France, et quand mes parents ont répondu « près d’avignon », il a dit… « ah oui, le Vaucluse, département 84 ! ». Surprenant, à des milliers de kilomètres de chez nous ! Un peu plus tard, nous avons causé un peu avec un vietnamien de 72 ans qui habite en France depuis l’age de 8 ans et qui vient tous les ans au Vietnam. La météo, Sarko, le foot… une vraie conversation « café du commerce » !

Aujourd’hui, nous avons loué des motos (oui oui, on aime ça !) pour pousser un peu plus loin : on voulait se dégoter une petite plage de sable blanc déserte pas trop loin de la ville… pas évident ! D’autant qu’une partie de la côte à l’air d’être privatisée pour la construction d’un énorme complexe touristique… beurk ! On a fini par trouver une plage avec des pins pour nous abriter. Seul problème : les dizaines d’écoliers en train de faire leur gym et qui peu à peu se sont avancés vers nos serviettes jusqu’à se poser à 2 pas de nous. Jamais on pourra être tranquille ??

C’est notre dernière journée à Nha Trang. Demain nous serons à Hoi An, 500 ou 600 kilomètres plus au nord. Entre temps, on doit se taper une nuit dans un bus… et on part dans 10 mn ! Donc j’arrête là car je suis à la bourre.
A+



La plage de Nha Trang

 
un petit port à la sortie de la ville
Partager cet article
Repost0
13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 16:39
Si on m’avait dit, il y a quelques mois, que je ferai de la moto avec les parents de Maryline au Vietnam, je ne l’aurais pas cru. Et pourtant !! Nous sommes arrivés hier à Dalat, une petite ville de 130 000 habitants nichée au cœur des montagnes. Il fait plus frais qu’à Saigon, et le paysage est très vert, très boisé. Ce matin, nous louons 2 motos (80 000 dongs la moto pour la journée, soit 3,20 euros) pour partir à l’attaque des routes en lacets qui entourent la ville. Dès qu’on arrive dans la campagne, il y a très peu de circulation et c’est un plaisir de conduire le scooter. En ville, par contre, c’est plus tendu. A certains croisements, j’ai l’impression d’être en plein milieu du rond-point de l’Etoile, à Paris, sauf que là il y a des motos dans tous les sens ! J’aurais bien voulu que Mary prenne ça en photo, mais elle était trop occupée à me dire « attention à gauche » « va pas trop vite » « attention à droite » ;-)

Avec nos 2 motos, nous partons donc vers 9h30 en direction du nord. Notre programme (sur le papier) : aller jusqu’au village Lat, un regroupement de 9 villages de minorités ethniques, puis pousser un peu plus loin jusqu’au chutes d’Ankroët. Comme d’hab, ca ne se passe pas exactement comme ça. On se perd assez rapidement, on fait demi-tour, je cale et … impossible de redémarrer ! Aïe ca commence bien ! 2 jeunes s’arrêtent (Evelyne leur donne 14 ans mais je pense qu’ils avaient la vingtaine…) et nous aident. On finit par redémarrer, et les jeunes n’hésitent pas à changer leur plan pour nous conduire jusqu’à la bonne route, à 4 ou 5 kms de là. Ils sont vraiment adorables. Allez, on est repartis !

On arrive à ce qu’on croit être le village, mais on n’est pas bien sur car ça ne ressemble pas à la description dans le guide. Ce sont des maisons au milieu de champs, reliées entre elles par des chemins bien caillouteux pas évidents à prendre en moto. Du coup, on ne s’attarde pas trop et on va pique-niquer au pied de la montagne : des sandwiches avec du jambon, du pâté et le plus important… une bouteille de Rasteau (vin rouge de mon village) !! Ah que ça fait du bien !! ;-)

Ensuite, on file vers les chutes d’eau… qu’on ne trouve pas vraiment non plus : nous sommes à la fin de la saison sèche, et le cours d’eau est à quasiment à sec. Bref, on n’a pas vraiment vu ce qu’on voulait, mais on a quand même passé une très belle journée, avec de beaux paysages. Une mention spéciale à Evelyne qui était un peu paniquée à l’idée de monter sur une moto (Jean en a une depuis 2 ans en France, mais elle n’a jamais voulu monter derrière !)

PS. : hier c’était le baptême de Jean et Evelyne en matière de transports. Et ça n’a pas raté : 9 heures pour faire 320 kms, dans un bus dont la clim ne marchait pas, avec un chauffeur la clope au bec complètement névrosé qui appuyait toutes les 2 secondes sur son klaxon… hi hi hi





la ville de Dalat vue de notre balcon vers 8h...

Partager cet article
Repost0
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 02:48
Il y a quelques heures, nous sommes rentrés d’une excursion de 2 jours dans le delta du Mekong. A 20 $ par personnes pour le bus, le bateau et l’hôtel, on ne savait pas vraiment à quoi s’attendre… Nous sommes donc partis de Saigon hier, à 7h30, dans un bus comptant une quinzaine de touristes. Sur la route, évidemment, nous avons droit à l’inévitable arrêt « touristique » dans une boutique hors de prix. Arghh… ça m’exaspère ces trucs là !! Ces arrêts imposés et le timing ultra-minuté de l’excursion, ce sont les 2 trucs qui m’horripilent dans les tours organisés. Mais bon… on n’a pas le choix alors ça ne sert à rien de se mettre la rate au court-bouillon (expression empruntée à un ancien collègue) ! Idem pour la visite de la fabrique de bonbons à la noix de coco et celle de l’usine de riz qu’on fera par la suite.

Arrivés à Cai Bae en fin de matinée, nous découvrons son marché flottant en bateau. Ce n’est pas un marché où tout le monde peut acheter ses produits, car c’est un marché de gros. Il faut acheter au moins 10kg d’ananas, ou de bois, ou de poisson etc. En Thaïlande, nous avions déjà visité un marché flottant : les vendeurs et les acheteurs, dans des petites barques au ras de l’eau, peinaient à se croiser dans les canaux très étroits. Ici, rien à voir : le marché à lieu là où le fleuve est bien large, et les vendeurs sont sur des bateaux assez gros. A l’heure où nous visitons, il n’y a plus trop d’activité… il aurait fallu venir en tout début de matinée. Mais c’est pas grave, car demain on va voir le marché flottant de Cai Rang.

Après cette balade, nous nous arrêtons pour déjeuner sur l’ile de An Binh, en plein milieu des canaux entre Cai Bae et Vinh Long. Là encore, on râle un peu car le déjeuner, qui n’est pas compris dans le prix de l’excursion, est quasiment « imposé »… vu qu’il n’y a aucun autre resto ou gargote à proximité de l’endroit où on s’arrête ! Cette contrainte est néanmoins effacée par la très jolie balade à vélos qu’on fait dans les touts petits chemins de l’ile. Le guide nous a dit avant de partir de ne pas nous éloigner de la route principale, afin de ne pas nous perdre. Evidemment dès que l’occasion se présente on prend une petite rue à gauche, un chemin à droite, on passe une succession de ponts et on a le plaisir de tomber sur de « vrais gens » qui nous saluent et nous font de grands sourires.

En fin d’après-midi, nous découvrons notre hôtel. Bonne surprise, il est tout à fait correct avec douche propre, frigo, ventilateur… on s’attendait vraiment à pire ! Le lendemain, nous nous rendons donc, en bateau, au marché flottant de Cai Rang. Il est 8h30 et il y a encore pas mal d’activité, avec des gens qui s’envoient des pastèques d’un bateau à un autre, d’autres qui négocient des légumes etc. On s’arrête pour acheter un ananas absolument divin, puis on revient sur la terre ferme. Nous nous baladons une heure environ dans un grand marché. C’est la première fois qu’on voit des vendeurs de grenouilles et de carpeaux, mais aussi des vendeurs de rats… vous avez le choix : les petits bruns, c’est pour manger, les gros gris servent à nourrir les serpents… que l’on retrouve ensuite dans nos assiettes au restaurant !

Un petit mot sur nos repas, d’ailleurs : cela fait à peine 2 jours que mes parents sont là, et maman en a déjà marre du riz à tous les repas !! Je l’ai rassurée en lui disant qu’elle pouvait prendre des nouilles, pour changer un peu ;-)










Partager cet article
Repost0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 18:38

Il est 14h, nous nous préparons à traverser un grand boulevard ; Renaud est à ma gauche, la circulation est très dense. « Allez, on y va ! ». En plein milieu, un cri et la main que je tiens dans ma main droite m’entraine en arrière… « Mais maman ! Faut pas t’arrêter sinon les motos vont te rentrer dedans !!! ».


Et oui, nous sommes au Vietnam depuis hier, et mes parents nous ont rejoints ce matin. A l’origine, on devait les retrouver quelques jours plus tard puis finalement on a décidé, sans leur dire, d’aller les attendre à l’aéroport. Ils étaient tous surpris… hi hi hi !! Ca fait tout drôle de les retrouver là ! Papa connaît déjà l’Asie, il a passé 6 mois à Taiwan pour son boulot en 2001. Mais pour maman, c’est le premier voyage hors d’Europe… je lui laisserai la parole sur ce blog pour qu’elle nous dise ce qu’elle en pense. En attendant, à peine les valises posées dans une petite guesthouse pas très loin de la notre, nous voici tous les 4 à nous balader dans les rues de Saigon/Ho Chi Minh Ville. Rien à voir avec Phnom Penh ! Ici c’est beaucoup plus moderne, on sent une ville dynamique, pleine d’activité. Nous sommes impressionnés par le nombre de scooters et petites motos… il y en a partout ! Et il faut voir leurs casques… ils sont très colorés, avec pleins de motifs ; certains ont de la dentelle, d’autres font « chapeau »… depuis que le port du casque est obligatoire au Vietnam, c’est devenu un véritable accessoire de mode ! La ville nous fait plutôt une bonne impression mais bon.. ça reste une grande ville, on a hâte d’aller explorer un peu la campagne !

Après avoir traversé le marché central, nous entrons dans le musée de la réunification. Il s’agit du palais présidentiel du sud-Vietnam qui est resté tel qu’il était depuis 1975, date à laquelle le Vietnam du nord, communiste, l’a emporté. C’est un peu bizarre comme visite : on passe devant une succession de pièces intitulées : bureau du président, salle de réunion du vice-président, salle de réception de la femme du président… dans chacune d’elles, de la moquette, des chaises, une ou deux tables et … c’est tout. Le plus intéressant, finalement, c’est l’expo photo qui retrace les moments importants de l’histoire récente du pays.

Le soir, on mange un morceau dans un resto pas très loin de nos guesthouse. Pour ce premier diner vietnamien, nous avons droit à … du riz ! Il parait que c’est la spécialité locale ;-)



Des milliers de motos dans les rues d'Ho Chi Minh Ville



Vendeuses de rue avec leur chapeau typique Vietnamien



Partager cet article
Repost0